Chirurgie du nez

La rhinoplastie permet d’affiner le nez mais également de corriger une bosse, la pointe du nez, une déviation ou l’ensemble de la pyramide nasale.

  • Une rhinoplastie peut être associée dans certains cas à une chirurgie du menton (génioplastie) pour améliorer l’ensemble du profil (profiloplastie).
  • Dans certains cas, on parle de rhinoplastie ethnique car la pyramide nasale manque de projection. Il s’agit alors d’une rhinoplastie d’augmentation pour recréer une arête nasale. Une réduction des ailes du nez est alors bien souvent associée.
  • Enfin, une rhinoplastie peut s’accompagner en cas de troubles respiratoires d’une septoplastie. Un scanner réalisé avant l’intervention permettra d’objectiver au mieux cette déviation de la cloison du nez.

Dans le cas d’une très petite bosse ou d’asymétrie légère, on peut parfois envisager une correction par injection d’acide hyaluronique sans opération du nez. Cela permet ainsi de corriger le nez en une séance de médecine esthétique. Il n’y a alors ni bleu ni hospitalisation.

Dans les cas de rhinoplasties ethniques, une amélioration nette de la forme de l’arête du nez sera obtenue par ce « five minutes nose job », comme l’appellent les américains.

Prévoyez une période d’indisponibilité de 10 jours car une attelle est laissé en place pendant ce temps.

La prise de photos permet de discuter avant l’intervention des modifications attendues pour obtenir le résultat souhaité.

Le docteur Rajao réalise avant toute rhinoplastie une simulation en 3D grâce au système photographique Vectra 3D. Cette simulation dans tous les plans de l’espace permet de comprendre au mieux les attentes de chacun pour obtenir le résultat désiré.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure de 1 à 4 heures.

  • Pour une rhinoplastie de la pointe, les os ne sont pas touchés et la contention post opératoire sera très légère. Les ecchymoses sont dans ce cas inexistantes.
  • Pour une rhinoplastie de la bosse, des ostéotomies sont nécessaires et une vraie attelle plâtrée est laissée en place en post opératoire
  • En cas de rhinoplastie ethnique ou en cas de rhinoplastie secondaire, des greffes peuvent être nécessaires. Elles seront alors prélevées sur le cartilage septal du nez ou, si celui ci est insuffisant, sur les oreilles (avec la même cicatrice que pour des oreilles décollées). En cas de greffe osseuse, un morceau de côte sera prélevé si nécessaire.

La sortie s’effectue selon les cas le soir même ou le lendemain matin.

Des mèches nasales peuvent être laissées en place et seront dans ce cas retirées le lendemain de l’intervention.

Les fils sont en général résorbables.

Les suites sont marquées par un oedème (gonflement) du nez pendant un mois environ. Des ecchymoses (bleus) sont possibles après les ostéotomies, particulièrement au niveau des yeux (ecchymoses « en lunettes »). Elles disparaissent en général en une dizaine de jours. Pour les éviter, de l’arnica homéopathique vous sera généralement prescrit en pré-opératoire.

Il faut savoir que le nez va se transformer de manière très subtile en post opératoire et que le résultat définitif ne sera obtenu qu’après un an environ.  Cependant, les principales modifications sont déjà visibles dès l’ablation du plâtre.

Questions fréquentes

Le nez évolue à la puberté et c’est à ce moment que les caractéristiques gênantes peuvent apparaître. Qu’il s’agisse d’une bosse, d’un nez trop long ou trop large, c’est à l’adolescence que le nez adulte se met en place. Il est donc normal d’attendre au moins l’âge de 16 ans pour envisager une rhinoplastie mais, sauf exceptions, les rhinoplasties sont en général envisagées à partir de 18 ans, lorsque l’on est sûr qu’il s’agit d’un projet mûrement réfléchi.

Comme toute intervention chirurgicale, une rhinoplastie est susceptible de présenter des complications. Les complications graves sont rarissimes. En post opératoire, un saignement parfois impressionnant peut subvenir, qui s’arrêtera en général dans la journée.

Les infections post rhinoplastie sont exceptionnelles, malgré la présence de nombreux germes dans les fosses nasales. En réalité, la complication principale d’une rhinoplastie est l’imperfection de résultat par rapport aux attentes du patient. En effet, la rhinoplastie est une intervention extrêmement fine et la cicatrisation des tissus est susceptible d’évoluer d’une façon imprévisible.

Une retouche peut dans ce cas être réalisée mais il faut attendre plusieurs mois après la rhinoplastie pour être certain que la cicatrisation est terminée.

La rhinoplastie n’est absolument pas une intervention douloureuse. Dans des cas exceptionnels, des céphalées (maux de tête) ont été rapportées mais dans la grande majorité des cas l’intervention est totalement indolore. L’ablation des mèches le lendemain matin (morceaux de compresses grasses laissées pour 24 heures en place dans les narines) peut être désagréable mais aucune douleur n’a jamais été rapportée. En post opératoire, il s’agit souvent  d’un désagrément lié aux difficultés respiratoires (sensation de nez bouché comme lors d’un rhume) qui va passer en quelques jours ou quelques semaines.

Le résultat d’une rhinoplastie n’est le résultat final qu’au bout de un an environ. Au bout de 2 à 3 mois on obtient déjà une bonne idée du résultat, mais le nez va continuer à subtilement évoluer jusqu’à un an post opératoire.

Contact / Rendez-vous