Vallée des larmes

La vallée des larmes désigne de façon assez poétique la dépression (ou le creux) qui se forme au fil du temps sous le cerne, entre la partie haute du nez et la pommette. Exactement là où s’écoulent les larmes avant de rouler sur les joues. C’est une zone touchée par le vieillissement cutané et qui perd de son galbe à mesure que les années passent.

Le vieillissement cutané et les modifications musculaires et graisseuses qu’il entraîne, mais également un fort amaigrissement peuvent être à l’origine du creusement de la vallée des larmes. Comme pour les bajoues, les sillons nasogéniens ou les plis d’amertume, la graisse du visage s’affaisse ou diminue au niveau de cette zone, créant une dépression. L’affaissement due à la fonte des graisses du visage et de la pesanteur est accentuée par la perte globale de tonicité du derme, en raison de la production de moins en moins importante de collagène et d’élastine.

Une vallée des larmes prononcée et creusée fait perdre au visage sa jeunesse et sa clarté ; elle lui donne un air triste et surtout fatigué, peu dynamique et vieillissant. Également, elle entraîne la formation d’autres désagrément et notamment accentue les sillons nasogéniens.

Même si les rides d’expression situées autour des yeux sont les signes du temps qui apparaissent souvent en premier, la vallée des larmes peut se dessiner dès l’âge de 30 ans. Elle s’accentue progressivement avec le temps, mais également plus ou moins vite en fonction de la génétique, de l’hygiène et du mode de vie.

Contact / Rendez-vous