Les cordes platysmales

Notre cou possède un vaste enchevêtrement de muscles pour soutenir la tête : les muscles profonds et les muscles superficiels.

Le muscle platysma ou muscle peaucier du cou est un muscle superficiel de la région antérieure du cou. Les muscles peauciers se dirigent vers le haut du cou et se rassemblent au niveau de la mandibule et de la commissure des lèvres. C’est grâce à la contraction de ces muscles que l’on peut baisser ou bouger la lèvre inférieure. C’est le muscle peaucier qui permet d’exprimer le doute, le dégout  mais aussi la peur ou l’horreur.

La peau de notre cou est particulièrement délicate. Très fine, elle est exposée toute l’année aux agressions (le froid et les rayons UV du soleil) et elle est, de par les nombreux muscles qui composent le cou, extrêmement sollicitée du fait des mouvements de ce dernier.

Parallèlement, le muscle platysma colle étroitement à la peau du cou et toutes ses contractions finissent à la longue par marquer durablement la peau. A cause de cette traction exercée par le muscle platysma sur la peau, le cou se relâche, des rides apparaissent progressivement avec l’âge mais aussi des fanons, des “cordons” connus sous le nom de cordes platysmales. Situées de chaque côté du cou, à droite et à gauche, les deux bandes se voient de plus en plus à mesure que le muscle s’hypertrophie (une autre conséquence du vieillissement).

Ces bandes inesthétiques, de taille et d’intensité variable selon les individus, ont tendance à vieillir le cou et l’ensemble du visage.

Contact / Rendez-vous