Bras

Il n’y a pas que la peau de notre visage qui subit les effets du temps qui passe et du stress oxydatif. La peau de notre corps s’abîme elle aussi, elle perd de son élasticité et de sa tonicité.

Les causes internes de ce relâchement cutané sont similaires pour la peau du corps : les fibroblastes, ces cellules de soutien situées dans le derme, deviennent paresseux. Ils se mettent à produire de moins en moins de collagène, de fibres d’élastine et d’acide hyaluronique, essentiels à la tonicité, la souplesse et l’hydratation de la peau. Peu à peu, elle perd en fermeté, se fragilise et s’assèche. Avec l’âge on observe également une perte de masse musculaire favorisant la ptose cutanée.

Des facteurs externes accentuent également le phénomène de peau flasque : la pollution, l’exposition solaire, le tabac, la consommation d’alcool ou encore d’importantes variations de poids (régimes yo-yo, grossesses…) ont un impact sur la qualité de la peau du corps.

La peau de certaines zones est plus facilement touchée par ce phénomène et notamment celle de la face interne des bras, particulièrement chez la femme. Très fine et très sollicitée par les mouvements, la peau des triceps est paradoxalement assez difficile à muscler : les bras deviennent de moins en moins fermes et se relâchent. La pesanteur accroit ce processus.

D’un point de vue esthétique, cela peut entrainer une véritable source de complexe chez les patientes, mais aussi une gêne fonctionnelle dans les cas où l’excès cutané est très important.

Contact / Rendez-vous